20 janvier 2010

Pour l'exemple...

Fusillé pour l’exemple, Julien Brillant n’est toujours pas mort.

« Peloton, à mon commandement. En joue. Feu ! »

Et Julien Brillant, les yeux bandés, s’écroule avec neuf de ses camarades d’infortune…

Un criminel Julien ? Non, un malchanceux. Il n’a commis aucune forfaiture, aucune faute. Il a toujours obéi aux ordres, même aux plus insensés. Victime du sort qui l’a désigné, et aussi de la folie criminelle de chefs militaires ayant perdu toute  mesure de valeur humaine. Quand son nom fut appelé, il savait. Il savait qu’il allait mourir, bien sûr, mais la mort, il l’attendait chaque jour depuis deux ans, au milieu de cette  indicible tuerie, parmi  la boue, le sang et la chair mêlés. Presque une délivrance.

Oui, mais c’était la guerre, nous étions en 1916, le 26 août exactement, et l’enthousiasme guerrier de 14, chauffé par des décennies de propagande revancharde dès l’école primaire, s’était considérablement élimé au cours des innombrables hécatombes, pour enfin déboucher sur un véritable découragement, un désespoir extrême. Et cette atmosphère lourde de révolte muette pesait fortement sur le régiment de Julien Brillant, comme sur tant d’autres. On aurait tout fait pour sortir de cet enfer de feu et de bestialité, certains se mutilaient volontairement afin de devenir inaptes au combat, bien que cela fut sévèrement puni. Sortir, sortir de ce cauchemar gigantesque, tel était le rêve de ces poilus couverts de saletés de toutes origines.

Et pour Julien le cauchemar venait de se terminer, en quelque sorte. Son régiment avait donné des signes de fatigue et de découragement. Pour tenter de relancer un peu de hargne il fallait faire des exemples. Dix noms de poilus hagards et couverts de vermine, pris au hasard, furent appelés pour être immédiatement conduits au peloton d’exécution, devant les autres camarades médusés. Pour l’exemple.

Des Français fusillant des Français. Quelle tristesse ! Quelle honte ! Environ 650 soldats connurent le sort de Julien Brillant, né à B*** le 18 décembre 1880, fils d’un humble cordonnier de la rue de Luynes. Il avait trente-six ans, marié et père de famille. Cette famille qui devra cacher la vérité pour éviter l’opprobre des bons Français, des patriotes. La veuve n’aura bien sûr pas droit à une pension, comme les nombreuses autres épouses dont le mari était disparu en combattant. Et le nom de Julien Brillant, ne figurera sur aucun monument. Un nom qu’il faut taire, un nom méprisé. Antihéros malgré lui, il sera oublié pendant près d’un siècle.

Son acte de naissance consulté, le décès n’y est pas indiqué.  Il ne figure pas au nombre des décès de 1916 sur le registre d’état civil de la commune de B***, comme il devrait normalement s’y trouver notifié.

Administrativement, depuis 1880, Julien Brillant vit toujours…bien que fusillé en 1916. Fusillé pour l’exemple…

Posté par lephenix à 08:17 - Commentaires [8] - Permalien [#]


Commentaires sur Pour l'exemple...

    Les plus grands ne font pas parler d'eux.........
    bisous phénix.

    Posté par Arwen, 20 janvier 2010 à 12:16 | | Répondre
  • En effet ...
    bisou itou

    Posté par phenix, 21 janvier 2010 à 11:32 | | Répondre
  • Quelle horreur ... Des fois il vaut mieux ne plus se rappeler les horreurs pasées

    Posté par Khey, 09 février 2010 à 07:21 | | Répondre
  • cher blog je pense à toi, mais j'ai pas le temps en ce moment

    Posté par phenix, 09 mars 2010 à 09:01 | | Répondre
  • Le v'là qui cause à son blog maintenant....... ;0)

    Posté par TOMALINE, 09 mars 2010 à 14:53 | | Répondre
  • sinon on attend le 24/5 pour la résurection ou bien ?

    Posté par tite, 28 avril 2010 à 23:00 | | Répondre
  • Donc, maintenant l'été est passé, tu as dû te reposer, récupérer, il est donc temps de prendre de nouvelles bonnes résolutions pour la rentrée, et de nous donner des nouvelles!!! Allez hop! Au boulot!!! Nan mais c'est vrai quoi.....

    Posté par TOMALINE, 28 août 2010 à 09:34 | | Répondre
  • c'est vrai, un peu le bordel ici, ça besoin d'un bon coup de ménage et d'aération

    Posté par phenix, 08 septembre 2010 à 08:30 | | Répondre
Nouveau commentaire